HABITER VILLE-MARIE

HABITER VILLE-MARIE

D'ici, j'ai vu une autre ville... de Montréal à Nantes

DU 23 FÉVRIER AU 23 MARS 2018 — à la Maison de l'architecture des Pays de la Loire de Nantes

> l'exposition D'ici je regarde une autre ville devient D'ici, j'ai vu une autre ville !

Au lendemain du vernissage de l'exposition D'ici, j'ai vu une autre ville à Nantes, Claude Puaud, président de la MaPdL, nous écrit :

« Très belle soirée inaugurale du retour de résidence "D'ici, j'ai vu une autre ville". Une belle intervention alliant film noir & blanc et récit partagé à l'École nationale supérieure d'architecture de Nantes et une très belle inauguration de l'installation qui occupe l'espace de la galerie en évoquant la question de la grille urbaine, de l'archétype architectural, de la géographie, de la topographie, de la déambulation, de l’immersion sensitive, de la ville visible et invisible, et du récit métropolitain. Une allégorie faisant référence à Michel de Certeau, cité par Fichtre, qui analyse les rapports humains dans une perspective de braconnage culturel qu'il appelle une "pratique de l'espace" où chacun se construit son propre espace à partir de fragments assemblés prenant place dans les lieux commun et révélant de fait leur dimension créative.

Beaucoup de monde. »

Pour information, visiter le site web de la MaPdL

Lire le bilan de la résidence et le détail de la recherche de Detroit et Fichtre.

Visionner les vidéos réalisées à Montréal et présentées dans l'exposition :

2,67 x 6000 pieds

solos

Silo

Les résidences d'architectes... vues par les architectes !

Article publié le 27 février 2018
 

Le 10 octobre dernier, la MAQ réunissait tous les résidents de l'Archifête 150/375e et les lauréats des Résidences métropolitaines internationales d'architectes Nantes-Montréal : Hubert Pelletier (Pelletier de Fontenay), Violetta Molokopoy (étudiante en architecture, McGill), Stéphan Langevin et Laurence Jodoin-Nicole (STGM Architectes), Pierre Moro-Lin (Le Comité), Thomas Cantin (Collectif Fichtre, Nantes, France), Alexandre Campeau-Vallée (photographe) et Jean Beaudoin (Intégral Jean Beaudoin).

Emballés par l'expérience vécue tant en galerie qu'à l'étranger, architectes et designers s'accordent pour dire que les résidences d'architectes sont une occasion exceptionnelle et unique de recherche et de création !

Visionnez la vidéo de notre soirée « table ronde sur les résidences d'architectes », avec en bonus un épilogue sur le travail de recherche de Detroit+Fichtre...

Retour sur l’Archifête 150/375e

À l’occasion du 375e de Montréal et du 150e du Canada, la Maison de l’architecture du Québec invitait le public à une Archifête 150|375e. Sous le thème « Habiter Ville-Marie », l'Archifête s’attachait à multiplier les rencontres entre ceux qui, aujourd’hui et demain, font et feront la ville, les architectes, et ceux qui la vivent au quotidien, les citoyens, ceci sur la base continue d'une programmation foisonnante. Des activités dans la MAQ aussi bien que hors les murs, ont jalonné l’année 2017, pour fêter et rêver ensemble l'architecture qui s'élabore par les gens d'ici, aujourd'hui, dans l'arrondissement Ville-Marie.

Au total, ce seront 1 Nuit Blanche (sur le patrimoine architectural d’Expo 67), 4 visites extraordinaires de bâtiments récents et projets en compagnie de leurs architectes (Résidences universitaires, Maison de la danse, Centre-Sud et CHUM), 4 résidences de trois mois chacune qui ont donné l’espace de la MAQ à 4 équipes de concepteurs, issus de la relève (Pelletier de Fontenay), de la Ville de Québec (STGM Architectes), du milieu du design urbain (Le Comité) et aussi de France (Detroit et Fichtre), impliquant également 3 groupes d’étudiants en architecture de McGill et UdeM. Plusieurs ateliers participatifs et tout une série de conférences, débats, tables rondes (notamment sur le retour utilitaire du cheval en ville !) ont ajouté des occasions pour les Montréalais de dialoguer avec concepteurs, historiens, spécialistes, artistes. Le concours Morphopolis exposait (rue Saint-Antoine) des projets sur le transit à Montréal, la vitrine d’œuvres de Guy Glorieux mettait en évidence la beauté des silos. En salle, les expositions des architectes en résidence offraient, de 3 mois en 3 mois, des visions personnelles sur l’architecture et la vie urbaine du quartier. Les 4 visites de bâtiments récents avec leurs architectes pour guides ont un succès incroyable et continueront en hiver 2018 sous le titre de : Mon voisin l’architecte, cet inconnu? Jamais plus! Enfin, la soirée de clôture du 11 décembre au Centre Phi a pris la forme d’un débat visionnaire mené par 12 femmes architectes, Gagnantes réellement Magnifiques ! Une rencontre publique pour imaginer ensemble l’architecture du Québec post-150/375e autour de sujets comme le transport, les bibliothèques de Maisonneuve et de St-Sulpice, le siège des 7 Doigts de la Main... Au total, 67 architectes et 28 étudiants en dialogue avec plus de 2000 participants, mais aussi une plus large diffusion via un site web et une plateforme, des vidéos et même un mémoire présenté au Sommet mondial du design et déposé à la Ville de Montréal !

Pour résumer, l’Archifête, c’était de mars à décembre 2017 :
4 résidences locales et internationales
5 ateliers participatifs et citoyens
4 expositions des résidents
9 événements festifs et rassembleurs
1 table ronde sur l'effet résidence
4 visites d'architecture extraordinaires
1 plateforme web interactive Particité
67 architectes et professionnels impliqués
28 étudiants issus de trois universités
2025 Montréalais participants
1 site internet
1 grande soirée de clôture

 

Quelques témoignages de participants :

«J’ai participé à plusieurs visites et ateliers offerts cette année par la Maison de l’architecture du Québec. Je considère ces événements comme un lieu unique d’échange et de découverte de l’architecture contemporaine à Montréal. Cette série d’activités permet d’établir un dialogue entre les artisans architectes et les montréalais : résidents, clients, étudiants, professionnels ou simples visiteurs et amis de l’architecture. J’ai beaucoup apprécié ces rencontres qui rassemblent toutes les générations dans une atmosphère conviviale et éducative. Je peux maintenant mieux comprendre le travail de l’architecte praticien : les étapes ainsi que les défis spécifiques à la conception et la réalisation d’ouvrages dans le contexte urbain de la Ville de Montréal (...)» Nadine H.

«Un petit mot pour vous dire que nous avons beaucoup apprécié notre visite de samedi le 25 au CHUM. Nous souhaiterions que le plus de monde possible puisse connaître le magnifique travail de création, de réalisation des architectes, paysagistes, designers et autres, dans un contexte urbain avec multiples défis. Félicitations à toute l'équipe pour cette belle visite merci grandement. Petite suggestion : pouvoir filmer une visite pour la présenter en documentaire ou la mettre sur le site. Ce qui est peut-être fait.» Judith P. et Jean-Paul B.

«Je tenais à vous mentionner que j'ai passé une très belle soirée. Nous avons eu plusieurs pistes avec les énoncés des Magnifiques. Ces énoncés nous amènerons sur plusieurs discussions à venir, j'en suis persuadé. Je tiens également à souligner l'excellent travail de Marc-André Carignan.» Serge E. (au sujet de l'événement Gagnantes Magnifiques)

Une soirée MAGNIFIQUE !

LUNDI 11 DÉCEMBRE 2017 — de 18h à 23h30 au Centre Phi

> une soirée de célébration exceptionnelle en soutien à la MAQ et en clôture de son Archifête 150/375e.


Salle comble au Centre Phi pour notre soirée bénéfice Gagnantes Magnifiques ! du 11 décembre dernier. Une visite de luxe et un vibrant plaidoyer, par la ministre de la Culture Marie Montpetit, en faveur de la qualité architecturale. Tout une surprise agréable pour les 200 supporters de la MAQ présents !

 

12 femmes architectes, étoiles de la profession, associées principales, chargées de projet et leaders de toutes générations nous révélaient le projet chéri sur lequel elles planchent actuellement... et leur vision plus générale du Québec architectural qu’elles veulent voir se concrétiser d’ici les 25 prochaines années ! Spectacle et débat étaient animés par le chroniqueur et membre de notre comité de programmation Marc-André Carignan.

La fête s'est poursuivie pour réseauter entre amis et rêver ensemble à un avenir architectural que nous proclamons radieux !

Lire le communiqué de presse // Programme de la soirée et biographies des participantes

Crédit photo : Raphaël Thibodeau (sauf #1, 2 et 6)


Merci à nos membres VIP et partenaires : ACDF* Architecture, Architem Wolff Shapiro Kuskowski architectes, Atelier Pierre Thibault, Claude Barry (FIAC) et Corinne Streicher (PhD), Chevalier Morales Architectes, Les Architectes FABG, Fahey et associés, Fondation du Grand Montréal, Ivanhoé Cambridge, Kollectif, Lafarge, Laurent & Clark, MP Repro, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes, NCK, P&R Desjardins, Pageau Morel et associés, Polycor, Pomerleau, Provencher_Roy, SDK, Stantec, STGM Architectes et v2com.

Merci à tous nos membres corporatifs, réguliers et étudiants.

La MAQ remercie chaleureusement les membres de son conseil d’administration, l’équipe de direction artistique et technique, tous les bénévoles et contractuels ainsi que les exposants et partenaires de toutes nos activités.

Mémo « je me souviens »...

SAMEDI 2 DÉCEMBRE 2017 — de 14h à 16h à la MAQ

> dernier atelier citoyen participatif en compagnie de Wilfrid Lelou et Frédéric Péchereau (Fichtre).

Mémo « je me souviens » du 813 St-Paul Ouest... un atelier de réflexion et de création décalé pour (re)construire Ville-Marie avec les architectes Nantais en résidence ! Débat et visions très intéressantes sur le passé, le présent et l’avenir de ce bâtiment laissé à l’abandon (?) en bordure de l’autoroute Bonaventure et en plein cœur de Ville-Marie. 


Notez que la maquette de ce lieu à la fois patrimonial et énigmatique est à découvrir dans l’exposition « D’ici je regarde une autre ville » par Detroit et Fichtre jusqu'en février 2018 !

Lire le communiqué de presse.

D'ici je regarde une autre ville

JEUDI 30 NOVEMBRE 2017 — à partir de 18h à la MAQ
> Vernissage de l'exposition D'ici je regarde une autre ville par Detroit et Fichtre

Le 30 novembre, on faisait la fête pour l'inauguration de l'exposition préparée par les architectes en résidence dans la MAQ, Detroit + Fichtre, venus de Nantes, qui arpentent Ville-Marie depuis octobre pour tenter d'en capter puis rendre l'essence. D'où le titre : « D'ici je regarde une autre ville ». Et au résultat ? Musiques détonantes, manifs et pancartes, architectures en flip-books, contrastes d'échelles... Avec ces lascars de Fichtre et Detroit (deux agences de fort calibre qui firent notamment les beaux jours de l'événement Voyage à Nantes), on pouvait s'attendre à toutes les surprises, pour sentir notre ville autrement. En renfort, dix finissants de l'École d'architecture de l'Université de Montréal les ont suivi dans leur découverte.


Rappelons que la Résidence métropolitaine internationale d'architectes Nantes-Montréal est une initiative conjointe de la Maison de l'architecture du Québec et de la Maison régionale de l'architecture des Pays de la Loire, et de leurs directeurs respectifs Sophie Gironnay et Claude Puaud, avec le soutien d'acteurs locaux. C'est aussi avec plaisir que la MAQ remercie l'École d'architecture de la Faculté d'aménagement de l'Université de Montréal et son directeur Jacques Lachapelle pour leur innovante collaboration.

Suite à celles de Pelletier de Fontenay, STGM et Le Comité, cette résidence complète la série des quatre résidences en galerie de la programmation de notre Archifête 150/375e - Habiter Ville-Marie, qui porte un regard régénérateur sur l'architecture de l'arrondissement Ville-Marie dans une optique participative et citoyenne. L'exposition se poursuit jusqu'au 22 février 2018.

Plus d'information sur la résidence et sur le dernier atelier participatif.

La résidence Nantes-Montréal... vue par Pierre-Yves Arcile

Article publié le 29 novembre 2017
> Interviewé par Sophie Gironnay, l'architecte-résident Pierre-Yves Arcile de Detroit Architectes nous explique sa vision de la résidence à Montréal.

Quel est l'intérêt d'une résidence internationale pour un architecte ? Qu'en attendent les 5 résidents ?

Quels seront ses effets et conséquences dans leur métier et leur pratique ?

> En savoir plus sur la résidence de Detroit + Fichtre

> En savoir plus sur la résidence métropolitaine internationale d'architectes
> Suivre l'équipe en images

Detroit + Fichtre en plein boum !

Du 10 OCTOBRE au 16 DÉCEMBRE 2017

La Maison de l’architecture du Québec est heureuse d’accueillir l’équipe de Nantais lauréate de notre Résidence métropolitaine internationale d’architectes Nantes-Montréal, volet 2, pour la quatrième et dernière résidence d’architectes de l’Archifête 150/375e.

Au programme :
> Atelier de création en galerie avec des étudiants de l’École d’architecture de l’Université de Montréal,

du 13 novembre au 1er décembre
> Vernissage de l’exposition, jeudi 30 novembre dès 18h à la MAQ
> Atelier participatif #5, samedi 2 décembre de 14h à 16h // Réservez dès maintenant


La résidence métropolitaine internationale d'architectes bat son plein dans les locaux de la MAQ, avec la présence des fameux Detroit et Fichtre ! Depuis le début du mois d'octobre ils travaillent à la conception in situ d'une exposition multi-sensorielle, portant sur leur perception de Montréal. La construction se développe, en public, tout le mois de novembre. S'y ajoutent un laboratoire universitaire, le vernissage le 30 novembre et un atelier participatif citoyen le 2 décembre.

« D'ici je regarde une autre ville », a déjà inscrit l'équipe en façade.

Captations d'ambiance, manifs et pancartes, tours de livres, jeux d'échelles, glaçons fondants...
Avec Fichtre et Detroit, on peut s'attendre à toutes les surprises, lorsqu'il s'agit d'engager le dialogue avec le public, sur la question de la ville et de son identité. Nos généreux amis de Nantes proposent une exposition où leurs installations et eux-mêmes en ont beaucoup à raconter sur leur découverte de Ville-Marie...

5 membres de l'équipe + 10 étudiants = parcourir 15 fois 6000 pieds d'arpentage dans la ville... écrire, composer, dessiner, photographier.
 Entrez et venez les inspirer !

Suivez leur résidence en images sur tumblr

Lire le communiqué de presse complet
Plus d’information sur la Résidence métropolitaine internationale d’architectes

Soirée spéciale Résidences : crémaillère dans Ville-Marie !

MARDI 10 OCTOBRE 2017 — de 18h à 20h30 à la MAQ

> conférences et table ronde avec : une quinzaine de professionnels participants aux Résidences et Ateliers de l’Archifête, Intégral Jean Beaudoin et Detroit et Fichtre, lauréats volets 1 et 2 de la Résidence métropolitaine internationale d’architectes Nantes-Montréal.
Animation : Sophie Gironnay et Pauline Butiaux.

Un consensus à la MAQ lors de la soirée spéciale Résidences ! Emballés par l'expérience, architectes et designers s'accordent pour dire que les résidences d'architectes, tant en galerie qu'à l'étranger, sont une occasion exceptionnelle et unique de recherche et de création. Une initiative à encourager !

Lire le communiqué de presse

Imaginons Ville-Marie...

VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 — de 17h30 à 20h30 à la MAQ

SAMEDI 30 SEPTEMBRE et DIMANCHE 1er OCTOBRE 2017 — de 12h à 17h à la MAQ

> un atelier citoyen participatif en compagnie de Boris Van Landschoot (historien), Le Comité (coopérative de travail), avec la participation du photographe Guy Glorieux.

Un aperçu des quelques belles visions utopiques de Ville-Marie développées à l'occasion du quatrième Atelier participatif de notre Archifête - Imaginons Ville-Marie - laboratoire de création présenté par Le Comité et placé sous l'égide et sous l'influence d'un mythique ancêtre, le collectif Archigram. Merci aux citoyens créatifs, à l'historien Boris Van Landschoot pour sa visite commentée de la Place d'Armes et au photographe Guy Glorieux.

L'atelier s'est prolongé la fin de semaine dans le cadre des Journées de la culture... sous une formule d'atelier libre. L'équipe bénévole de la MAQ vous accueillait en galerie sous l'ombrage verdoyant de l'installation

« Bivouac ».

Lire le communiqué de presse

Le Comité travaille dehors à l'occasion du PARK(ing) Day

VENDREDI 22 SEPTEMBRE 2017 — Le Comité occupe la place "N323"

« Bivouac », occupons Ville-Marie, dans le cadre de PARK(ing) Day Montréal


Vendredi 22 septembre dès 10h et pour toute la journée, le Comité vous invitait à venir profiter de la case "N323" sur la rue Saint-Antoine devant la MAQ, dans le cadre du PARK(ing) Day Montréal !
De la lecture et des jeux étaient disponibles pour les plus ludiques et des "beanbags" pour les grands exténués de ce monde... L'occasion aussi de découvrir « Bivouac », installation intérieure et extérieure qui questionne les possibilités d’occupation des espaces publics et de vie dans le quartier Ville-Marie.

 

Plus d'information sur l'événement

Une architecture engagée et communautaire

DIMANCHE 17 SEPTEMBRE 2017 — de 14h à 16h dans Centre-Sud

L'architecture et le design au Centre-Sud : engagés, durables et communautaires !

> une visite extraordinaire avec l'architecte Ron Rayside (Rayside Labossière) et la participation de la coopérative de travail Le Comité (Chats de ruelles). Commissaire : Pauline Butiaux.

Belle visite sous le soleil en compagnie de l'architecte Ron Rayside (Rayside Labossière) et de notre chargée de projet Pauline Butiaux. Déambulation dans le Centre-Sud à la découverte de l'architecture sociale, de l'urbanisme communautaire et du design, avec des bâtiments et projets tels que Le Rubic, le Comité social, la visite des bureaux et du toit-terrasse de Rayside Labossière, ou encore le Chat des artistes.

 

Pour clôturer cette marche, rendez-vous émotif avec l'équipe de la coopérative de travail Le Comité au dernier arrêt de leurs Chats de ruelles !

Lire le communiqué de presse

Ron Rayside, l'architecte engagé. Quand architecture et implication sociale vont de pair.

> Lire l'article de Stéphane Gagné, paru dans le cahier Habitation du journal Le Devoir du 23 septembre 2017

« Bivouac », occupons Ville-Marie avec Le Comité en résidence

JEUDI 3 AOÛT 2017 — de 18h à 21h à la MAQ
> Lancement de l'installation « Bivouac » par Le Comité et atelier de verdissement avec MicroHabitat

Dans le cadre de sa résidence à la Maison de l’architecture du Québec, la coopérative de design Le Comité lance le projet « Bivouac », une installation intérieure et extérieure qui questionne les possibilités d’occupation des espaces publics et de vie dans le quartier Ville-Marie, ses enjeux environnementaux et son contexte historique.

L’équipe du Comité installe son camp en plein cœur de Ville-Marie pour faire de la MAQ son quartier général et proposer une programmation éclectique et évolutive. Cette soirée de lancement était donc l'occasion de présenter le programme estival de la résidence et d'offrir aux résidents de Ville-Marie un premier atelier de verdissement dans l'installation « Bivouac » !

Merci à tous les participants, à nos partenaires, collaborateurs et bénévoles et à leurs pouces verts pour la réalisation du jardin nourricier.

Votre nouvelle place publique éphémère vous attend désormais tout l'été, du mardi au samedi de 13h à 17h !

Plus d'information sur la résidence et sur la programmation à venir.

Invariations... vues par Raphaël Thibodeau

Article publié le 4 août 2017
> Vidéo de commande réalisée par Raphaël Thibodeau dans le cadre de l'exposition Invariations par Pelletier de Fontenay, présentée à la MAQ du 31 mars au 20 mai 2017.

Invariations
La demande de Pelletier de Fontenay était à la fois précise et très ouverte; documenter à l'aide de l'image en mouvement les maquettes physiques produites lors de leurs recherches Invariations. Comme la vidéo allait être projetée en continu lors de l'exposition du même nom, l'objectif était de créer une ambiance immersive et d'inviter le visiteur à voir les œuvres de PdF non pas comme des objets déposés sur leurs socles, mais comme de véritables espaces à investir. 


Afin de brouiller l'échelle de lecture de la vidéo, nous avons rapidement décidé de conserver l'esthétique abstraite monochrome présente dans les images de synthèse produites au préalable par la firme. En répétant de lents mouvements de caméra avec une lentille grand-angle, l'intention était de parcourir les maquettes, de s'en approcher, de s'y perdre, au rythme du piéton qui déambule pour la première fois dans la ville, ses quartiers, ses pavillons inexplorés.

 

Raphaël Thibodeau

> En savoir plus sur la résidence de Pelletier de Fontenay à la MAQ

> En savoir plus sur la recherche de Pelletier de Fontenay
En savoir plus sur Raphaël Thibodeau

De Place des Nations à...

Plage, Parc, Glace, Hall ou Belvédère des Nations !

JEUDI 6 JUILLET — de 18h à 21h30 à la MAQ
> Clôture de la résidence et de l'exposition Face cachée par STGM Architectes

Après 7 semaines de résidence à la Maison de l'architecture du Québec, STGM Architectes a tiré sa révérence.

 

Visionnez ici un aperçu, en mode virtuel, de l'une des nombreuses propositions dévoilées lors de la soirée de clôture de la résidence de STGM Architectes. Les conclusions de cet exercice de réflexion sur la conservation de la Place des Nations et le lien cyclable, piétonnier, automobile... à développer entre le Vieux-Montréal et ce site patrimonial qu'est l’île Sainte-Hélène, seront présentées sous forme d'un mémoire déposé à la Ville de Montréal.


Suivez les conclusions et les suites du séjour de l'équipe de STGM Architectes sur Particité ! et sur notre blogue.

« À go on jase »... de la Place des Nations !

SAMEDI 17 JUIN — de 14h à 16h à la MAQ

> un atelier participatif en compagnie de Stéphan Langevin (concepteur principal STGM Architectes) et Laurence Jodoin-Nicole (STGM Architectes)

avec la participation de l'architecte paysagiste Michel Langevin (NIPpaysage), Marie-Dina Salvione (PhD Chercheuse indépendante et consultante en patrimoine moderne) et Jérôme Glad (La Pépinière).

Le 3e atelier citoyen participatif de l'Archifête 150/375e à la MAQ a été riche en discussions et propositions pour l'avenir de la Place des Nations, son accès et ses usages...

Dans le cadre de la résidence de STGM Architectes à la Maison de l'architecture du Québec, et suite aux discussions et commentaires recueillis sur la page de Particité !, l’atelier participatif portant sur l’avenir de la Place des Nations de l’Île Sainte-Hélène a réuni une quinzaine de personnes afin de discuter de la réhabilitation de ce monument, témoin le plus important d’Expo67, et qui se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins.

Dirigées par Laurence Jodoin-Nicole et Stéphan Langevin, les discussions se sont déroulées avec enthousiasme et ont donné lieu à des échanges très intéressants. Les idées qui en sont ressorties alimenteront la suite du travail de l’équipe de STGM qui, sous la forme d’un mémoire, élaborera dans les prochaines semaines des propositions d’aménagement qui résumeront la vision élaborée lors de cet atelier.

Lire le communiqué de presse

Entrez dans la danse !

MARDI 13 JUIN 2017 — de 18h à 19h30 à l'Espace Danse

De l'Édifice Wilder à l'Espace Danse : faire danser le Quartier des spectacles
> une visite extraordinaire en compagnie des architectes Michel Lapointe (Lapointe Magne & associés) et Patrick Bernier (Ædifica). Commissaire : Marie-France Daigneault Bouchard.

Merci aux nombreux intéressés, dont plusieurs résidents de Ville-Marie, venus assister à la visite de l'Édifice Wilder – Espace Danse en compagnie des architectes-concepteurs Michel Lapointe (Lapointe Magne & associés) et Patrick Bernier (Ædifica architecture + design) et de notre chargée de projets Marie-France Daigneault Bouchard.


Dans cet édifice au cœur du Quartier des spectacles et encore en travaux, nous avons pu découvrir les espaces réservés aux utilisateurs du lieu – Les Grands Ballets Canadiens de Montréal, Tangente, l'Agora de la danse et l'École de danse contemporaine de Montréal – sous les explications éclairantes des deux architectes : les défis rencontrés, les concepts derrière les choix de matières, de planchers de bois résilients, les notions d'acoustique, d'éclairage, de ventilation...toujours pour le bien-être des danseurs. Sans oublier l'œuvre d'art public de Ianick Raymond qui fait partie intégrante du bâtiment au rez-de chaussée.


Découvrez quelques images avant l'ouverture officielle cet automne !

Lire le communiqué de presse

"Particité" avec STGM Architectes en résidence à la MAQ

JEUDI 8 JUIN 2017 — de 18h à 21h30 à la MAQ
> Vernissage de l'exposition Face cachée par STGM Architectes et lancement de la résidence

Dans le cadre de sa résidence à la Maison de l'architecture du Québec, la firme STGM Architectes présente l’exposition Face cachée qui souligne le travail pluridisciplinaire derrière la réalisation d’un projet d’architecture. L’exercice de conception, véritable moteur de la profession, s’alimente d’une quantité insoupçonnée d’informations et de profils divers. En prenant comme exemple une dizaine de réalisations de la firme, cette exposition met en lumière toutes les compétences interdisciplinaires qui sont mises à profit dans l’élaboration d’un projet.

Riche de son expérience en travail interdisciplinaire et en processus de conception intégrée, STGM Architectes met de l’avant ces compétences pour alimenter sa résidence à la MAQ et explorer diverses approches participatives pour la réalisation de projets urbains montréalais. Cette soirée de lancement a donc permis d’en apprendre davantage sur les objectifs de la résidence mais surtout de partager et discuter du futur de notre arrondissement Ville-Marie à travers 
Particité !, plateforme de partage d’idées pour l’amélioration de l’environnement bâti et urbain de ce premier quartier de Montréal. Ces échanges entre utilisateurs et créateurs abordés par la chronique « À go, on jase » portent notamment sur la conservation de la Place des Nations, l’aménagement des berges du fleuve Saint-Laurent et l’accès aux Îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, thèmes qui seront développés davantage pendant la résidence et l'atelier participatif du 17 juin, dans un but ultime de soumettre un mémoire à la Ville de Montréal.

Exposition à voir à la MAQ du mardi au samedi de 13h à 17h jusqu'au 6 juillet !

Venez rencontrer les architectes présents en galerie tous les mercredis et jeudis après-midi.

Plus d'information sur la résidence et sur le 3e atelier participatif.

Retour hypothétique du cheval utilitaire en ville :

compte-rendu de l'atelier et pistes de réflexion

SAMEDI 13 MAI — de 15h à 17h à la MAQ

> un atelier participatif avec les citoyens organisé par Alexandre Campeau-Vallée

Le cheval et Montréal

Au lendemain de la fermeture de l’hippodrome de Montréal en 2009, seuls la police montée du SPVM sise sur la montagne et les fiacres touristiques du Vieux-Montréal assurent une présence équine en ville. Pourtant, le cheval, arrivé au Québec il y a environ 370 ans [1], est intrinsèquement lié au développement de la métropole et de ses premiers quartiers.

 

Depuis quelques années, une certaine tendance vers le retour du cheval utilitaire s’installe dans certaines villes occidentales. Les villes comme Trouville-sur-Mer en France dans les années 2000 et plus récemment Trois-Pistoles au Québec ont réintroduit la collecte de matières recyclables à cheval. La relance en 2015 de la « Run de pain », un circuit de livraison hippomobile de pain frais dans le quartier Pointe-Saint-Charles s’inscrit dans cette tendance, pour le bonheur des enfants et des nostalgiques.

Le transport scolaire par véhicule hippomobile a aussi effectué un retour dans certaines communes européennes. Le retour du cheval utilitaire, ou cheval territorial [2], est habituellement motivé par une volonté de réduire les coûts de certains services publics, par conviction écologique, par une stratégie touristique ou encore par une volonté de changer l’image des services municipaux. Dans tous les cas, il appert que le cheval est une solution sérieuse pour limiter les nuisances liées à l’omniprésence des camions, voitures et autres moteurs qui, ironiquement, ont remplacé les chevaux au début du XXe siècle.

[1] https://www.agrireseau.net/cheval/documents/Histoire_1984.pdf

[2] Terme principalement utilisé en France pour qualifier, selon la description qu’offre Wikipédia, « un cheval réalisant diverses missions de service public pour le compte de la collectivité territoriale ».


L’atelier

C’est en partant de ces prémisses que la Maison de l’architecture du Québec (MAQ) a proposé le 13 mai dernier un atelier sur le retour hypothétique du cheval utilitaire en ville. Plus près de l’urbanisme-fiction que de l’atelier de planification, l’activité « Le retour du cheval utilitaire en ville : circuits, usages, aménagements, présenté dans le cadre du 375e MTL Habiter Ville-Marie » a réuni 25 personnes d’horizons variés.

Après une visite sur les traces historiques du cheval utilitaire montréalais dans le Vieux-Montréal, menée par le guide et chercheur Justin Bur et la cochère Dominique Pelletier, le groupe a passé la deuxième partie de l’activité à théoriser sur les avenues montréalaises du cheval utilitaire, le tout appuyé de cartes et de matériel de maquette. L’objectif n’était pas de prendre position dans le débat pour ou contre le cheval urbain, mais bien de projeter les usages et aménagements qui seraient nécessaires, advenant son retour. L’exercice a aussi fait office de prétexte pour réfléchir différemment aux enjeux d’espace et de mobilité. 

La nature du cheval

En parcourant les traces du cheval dans le Vieux-Montréal, un constat assez simpliste s’impose : l’espace utilisé par les chevaux il y a 100 ans, comme les cours intérieures et les enclos,  l’est aujourd’hui par des voitures et pourrait être repris par le cheval.

 

L’idée d’un retour du cheval utilitaire en ville est indissociable d’une forme de retour de la nature en ville.  Ce retour de la nature vient aussi avec l’idée du retour du rythme du cheval, des métiers du cheval [3] et de l’échelle du cheval. Actuellement, les calèches évoluent  dans un univers motorisé et hostile au cheval alors que celui-ci doit bénéficier d’un environnement idéal et adapté afin que sa présence en ville soit cohérente et sécuritaire. Un peu dans l’esprit de la préservation du Horse Palace ou des enclos équestres du SPVM sur la montagne.

[3] Le retour du cheval utilitaire implique habituellement le retour en ville des métiers de palefrenier, cocher, gardien d’écurie, maréchal-ferrant, vétérinaire…

L’espace du cheval

Certains participants ont imaginé le scénario suivant : dans un Vieux-Montréal principalement interdit à la circulation automobile, les livraisons et la collecte des matières résiduelles se feraient à cheval. Un service de navette ou de taxi hippomobile assurerait la desserte pour les visiteurs et citoyens vers les stationnements ou stations de métro. Le reste des déplacements se ferait à pied ou à vélo. Le camion de réparation et de transfert des Bixi serait hippomobile. L’idée d’atteler les camions de cuisine de rue ou encore d’offrir des chevaux livreurs de crème glacée pourrait renforcer l’image d’un Vieux-Montréal du futur, inspiré par le passé. L’hiver, les services se feraient en traîneau, tout autant que le déneigement des rues et trottoirs.

 

Un Vieux-Montréal hippomobile serait un quartier où les citoyens et les chevaux apprennent à vivre à leur rythme respectif et où l’expérience du quartier ne nuirait pas à la performance de ses services.

La nature et son ambassadeur

Une des tables de travail a proposé que la relation symbolique entre le cheval et la nature soit renforcée en impliquant l’animal dans l’entretien des ruelles vertes, des parcs et, pourquoi pas, de l’actuel pré de la commune, lieu d’arrivée et d’échange des animaux dans la Nouvelle-France… Le cheval deviendrait ainsi un symbole municipal de l’entretien des espaces verts et autres parcs du Centre-Ville.

 

Dans l’idée que le cheval prenne part à un système complexe (au lieu d’être livré par remorque à partir d’écuries régionales pour y retourner après sa balade), il a été proposé que les pourtours du silo #5 accueillent les écuries et espaces d’entraînement alors qu’une partie du silo retrouverait son usage en entreposant le fourrage cultivé sur les toits des édifices avoisinants, comme sur le palais des congrès, qui bénéficie déjà d’installations en agriculture urbaine. Certains se demandaient même si les pommes de route pourraient nourrir les plantes et pelouses entretenues par les voitures hippomobiles, histoire de compléter le cycle.

 

L’intégration du cheval dans les lieux publics permettrait aux citoyens, particulièrement les enfants, de bénéficier de son effet pacificateur d’où la proposition d’en faire un outil de médiation sociale, voire zoothérapeutique.

Pistes de réflexion…

Durant la visite, les animateurs ont fait référence au rapport que les citoyens entretiennent avec le cheval. Alors qu’il était autrefois un outil de travail indispensable et qu’il partageait le quotidien de la ville avec ses habitants, le cheval est actuellement réduit à un instrument ludicoromantique à près de 100$ la balade. Est-ce que le cheval a quelque chose à voir avec les inégalités sociales ? À Trouville-sur-Mer, la collecte hippomobile des matières résiduelles est devenue un événement local et l’éboueur est devenu un cocher au passage attendu… Quels rôles le cheval utilitaire pourrait-il aussi jouer dans la démocratisation de la ville ?

 

En consultant maquettes et cartes travaillées par les participants de l’atelier, un constat s’impose : le retour du cheval utilitaire en ville n’est pas tant un retour du cheval comme animal en remplacement du moteur et ses nuisances, pas plus qu’une simple stratégie pour augmenter la convivialité des livraisons et de la cueillette des matières résiduelles. Le cheval en ville est la partie charnière d’un paradigme basé sur l’aménagement de la ville à une autre échelle et à un autre rythme, faisant une place à une nature différente, autant qu’à un rythme différent.

Alexandre Campeau-Vallée

 

Événement présenté par la MAQ dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal

Organisé par : Alexandre Campeau-Vallée

Co-animateurs : Justin Bur, guide et chercheur, Dominique Pelletier, cochère et chercheuse.

Avec la participation de Jonathan Cha, urbanologue

Crédit des photos : Muriel Ulmer pour la MAQ
-----

Des chevaux utilitaires dans un Vieux-Montréal piétonnier ?

> Lire l'article de Mathias Marchal, paru dans le Journal Métro du 9-11 juin 2017

Invariations... le résultat de 7 ans de recherche

JEUDI 27 AVRIL 2017 — de 18h à 21h à la MAQ
> Vernissage de l'exposition Invariations par Pelletier de Fontenay

Exercice d'exploration commencé en 2010, avant même la création de la firme Pelletier de Fontenay, le résultat d'Invariations est enfin dévoilé à la MAQ !

 

« La résidence à la Maison de l’architecture du Québec nous a donné le temps et l’espace nécessaire pour organiser les collaborations qui ont permis la finalisation du projet. Des étudiants du programme de design de l’environnement de l’UQÀM ont travaillé à la réalisation des dernières maquettes depuis un atelier de fabrication installé temporairement dans la MAQ. Le photographe Raphaël Thibodeau a, quant à lui, monté un studio in situ pour faire la capture photo et vidéo du projet.

La recherche est maintenant présentée pour une première fois dans son intégralité : 9 modèles physiques, des livrets contenant les processus de développement, une série de perspectives grand format et un film tiré des maquettes. À travers des médiums oscillants entre abstraction géométrique et immersivité sensuelle, l’exposition offre de multiples points d’entrée qui permettront au visiteur de s’immerger dans un univers architectural unique... »

Une exposition à voir à la MAQ du mardi au samedi de 13h à 17h jusqu'au 20 mai !

Plus d'information sur le projet et sur la firme.

Trois sites en folie dans Ville-Marie

SAMEDI 25 MARS 2017 — de 14h à 16h à la MAQ
> un atelier participatif avec les citoyens en compagnie de l'architecte Hubert Pelletier (Pelletier de Fontenay)


Premier atelier participatif de l'Archifête. Une vingtaine de participants, professeurs, architectes, citoyens impliqués dans des collectifs de préservation de notre patrimoine urbain et 15 étudiants de 3e année à l'École d'architecture de l'université McGill étaient réunis à la MAQ pour envisager ensemble le futur de trois sites aujourd’hui vacants de l’arrondissement Ville-Marie : le lot boisé au coin des rues Cedar et Ramezay, la parcelle urbaine face à la Place Jean-Paul Riopelle, et la friche urbaine entre la rue Notre-Dame et le Port de Montréal, près du Parc Bellerive. Musées, bibliothèques, spas, de nouveaux usages inspirants ont été présentés par les étudiants puis analysés et développés à travers des activités de co-design avec le public.

Dévoilement Morph.o.polis 2e édition

JEUDI 6 AVRIL 2017 — de 18h à 20h à la MAQ
> soirée de remise de Prix


Une foule dense réunie à la MAQ pour le dévoilement des lauréats de la 2e édition du Concours d'Idées Morph.o.polis sur le thème du Transit dans Montréal.

> Première place : « CANO », équipe composée de Laurent Roy, Maxime Brosseau, Carolyn Kelly-Dorais, Karyna St-Pierre et Pierre-Yves Diehl.
> Deuxième place : « Plage Horaire », équipe composée de Godefroy Meyer et Maude Hallé Saint-Cyr.
> Troisième place : « Wagon Vert », équipe composée de Paul Chevalier et Claire Peyrot.
Et le Prix du public est attribué à « Poséidon », projet de Sonia Kafi et Adel Khoeiniha.

Lire le communiqué de presse !

L'ensemble des projets est exposé dans la vitrine voisine de la Maison de l'architecture du Québec, en façade de la rue Saint-Antoine.

Félicitations aux lauréats et à tous les participants pour la qualité de leurs projets !

Habiter Ville-Marie en 1967

SAMEDI 4 MARS 2017 — Nuit Blanche / Séance diapos chez Jean Drapeau, 19h à 1h du matin à la MAQ
> une installation immersive par le comité jeunesse d’Héritage Montréal


Coup d’envoi avec Drapeau !
À tout seigneur tout honneur. Le coup d’envoi des festivités a été donné lors de la Nuit blanche à Montréal le 4 mars dernier… dans le salon du maire Drapeau ! On retrouvait dans la MAQ cette ambiance si particulière aux années soixante à travers archives et diapos des pavillons excentriques et des infrastructures pharaoniques qui ont émerveillé les visiteurs et fait rayonner Montréal à l’international, lors d’Expo 67. Le comité jeunesse d’Héritage Montréal vous attendait au salon !

© 2017 - Maison de l'architecture du Québec